Élections 2021, le triomphe et la débâcle

Avec 102 députés, le RNI caracole en tête du scrutin législatif et met fin à dix ans d’islam politique. Aziz Akhannouch est nommé Chef du gouvernement. Pour le PJD, la déroute est spectaculaire. Retour sur une victoire qui rebat radicalement les cartes du paysage politique.

Par

DR

Ce 8 septembre, le Rassemblement national des indépendants (RNI) a remporté les élections législatives, en s’adjugeant 
102 sièges de la Chambre des représentants. 
Le parti de la colombe a également raflé la majorité des sièges communaux et régionaux. Une victoire pour son président et désormais Chef de gouvernement, Aziz Akhannouch, qui témoigne, selon lui, de “la volonté populaire pour le changement”.

L’universitaire Youssef Belal estime que la défaite du PJD clôt le cycle des printemps arabes. Selon ce fin connaisseur de la mouvance islamiste au Maroc, la victoire de Aziz Akhannouch pose “un risque réel” d’accentuer l’écart…

article suivant

Réduction du nombre de visas : le Maroc regrette la “décision injustifiée” de la France