Comment le taux de participation a directement impacté les résultats des trois élections

Élections et absentéisme, le Maroc a évité le pire en 2021, année de pandémie et de baisse de confiance. Mieux encore, le taux de participation au triple scrutin communal, régional et législatif a dépassé les 50 %, faisant ainsi taire plusieurs théories qui misaient sur une forte abstention.

Par

Le salut est également venu des jeunes et d’une catégorie de citadins, habituellement peu impliqués en politique. Crédit: YASSINE TOUMI

Saâd-Eddine El Othmani, encore secrétaire général du PJD et Chef de gouvernement sortant, quittait son bureau de vote ce 8 septembre à Salé, tout sourire. Devant les micros des journalistes, l’optimisme est de mise. “Les premiers indices laissent prévoir un taux de participation important”, commente-t-il, croyant probablement qu’une forte mobilisation jouerait en faveur de son parti.

à lire aussi

Les heures qui ont suivi lui ont donné raison sur ce qu’il prévoyait, mais pas sur ce qu’il espérait : les 8.789.676 électrices et électeurs qui se sont déplacés aux urnes ce jour-là ont relégué l’ogre de ces dernières années au rang de petit poucet de l’échiquier politique, avec une 8e place dans les trois scrutins, poussant ainsi les membres du secrétariat général du parti de la lampe à la démission collective. La mobilisation aura surtout profité…
article suivant

Qui de Nizar Baraka ou de Chakib Benmoussa assurera le suivi du nouveau modèle de développement ?