À Marrakech, Cantal Bakker fait sa vélorution

“Née sur un vélo”, la Néerlandaise Cantal Bakker a lancé Pikala Bikes dans la médina de Marrakech, une petite entreprise qui roule au social.

Par

La tête dans le guidon

Originaire de La Haye, Cantal Bakker reconnaît que, pour elle comme pour la majorité des Néerlandais, “pédaler c’est comme respirer”.

Cantal Bakker, fondatrice de Pikala Bikes.Crédit: Sara Holmberg
Rien ne prédestinait pourtant cette étudiante aux Beaux-Arts à en faire un métier. Mais lorsqu’elle atterrit à Marrakech en 2015 pour de simples vacances, “c’est le coup de foudre”. À 25 ans, elle revient s’installer au Maroc, petites économies en poche et bicyclette en soute. À l’arrivée, pas vraiment de plan, mais une idée : un service de location de vélos pour découvrir la ville autrement. “Aux Pays-Bas, il y a un surplus de vélos d’occasion parce que ça coûte trop cher de les réparer, donc les gens préfèrent racheter du neuf”, explique Cantal, qui imagine alors leur offrir une seconde vie à Marrakech, avec un atelier pour les remettre à neuf et des formations…
article suivant

Décès de la princesse Lalla Malika