Covid-19 : tour d’horizon des médicaments prometteurs pour lutter contre le virus

Après les vaccins, de nouveaux traitements contre le coronavirus débarquent sur le devant de la scène. Quels sont ces médicaments et à quoi servent-ils ?

Par

Des médicaments contre le Covid-19 pourraient bientôt être mis sur le marché.

Face à l’arrivée du variant Delta, les inquiétudes grandissent. Sa capacité à résister à certains vaccins a accéléré la recherche et l’utilisation de médicaments contre le Covid-19. Les objectifs sont multiples et les ambitions grandes.

Les laboratoires espèrent créer des traitements complémentaires aux vaccins, à l’action plus longue. Leurs effets seraient de prévenir contre les contaminations, de guérir certains symptômes du Covid-19 ou même d’empêcher la prolifération de nouveaux variants. Et certains médicaments, novateurs, pourraient bientôt être mis sur le marché.

Les médicaments approuvés par l’OMS

Trois médicaments ont déjà été approuvés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : le dexaméthasone, un corticoïde utilisé notamment pour les problèmes respiratoires, ainsi que le Tocilizumab et le Sacrilumab.

De nombreux scientifiques placent beaucoup d’espoirs dans l’utilisation des anticorps monoclonaux pour produire des médicaments efficaces

Le Tocilizumab, du laboratoire suisse Roche, fait partie des médicaments basés sur les anticorps monoclonaux, qui sont capables de repérer et cibler un intrus. De nombreux scientifiques placent beaucoup d’espoirs dans l’utilisation des anticorps monoclonaux pour produire des médicaments efficaces.

Trois autres potentiels médicaments sont à l’étude par l’OMS. Ce sont des traitements utilisés pour d’autres pathologies qui pourraient s’avérer utiles contre le coronavirus.

Le Molnupiravir du laboratoire américain Merck

La majorité des médicaments est utilisée en préventif. Mais le Molnupiravir, lui, pourrait être pris dès la contraction du coronavirus afin de réduire la charge virale. Il pourrait même permettre de ralentir les mutations du coronavirus.

C’est aussi l’un des rares médicaments pensés comme un comprimé à prendre par voie orale et non comme une injection, ce qui faciliterait grandement la prise par les patients.

L’AZD7442 d’AstraZeneca

Un des traitements les plus récents, puisque le laboratoire britannique l’a rendu public le 20 août. Il serait utile pour éviter les formes symptomatiques chez les personnes atteintes du Covid-19, et pourrait prévenir la maladie jusqu’à un an après injection.

à lire aussi

Ronapreve, un traitement utilisé en France

Produit par les laboratoires américain Regeneron et suisse Roche, il s’utilise en préventif comme en post-exposition au Covid-19. Ce médicament est déjà autorisé sur les personnes immunodéprimées, depuis le début du mois d’août en France, mais son utilisation pourrait rapidement s’étendre.

La France a d’ailleurs l’intention de créer un médicament sur son territoire. La biotech nantaise Xenothera prépare son Xav-19. L’objectif : s’attaquer directement au virus et booster l’immunité. Il pourrait être mis sur le marché dès 2022.

Dans le pays où les pistes de l’hydroxychloroquine sont largement débattues, d’autres médicaments sont activement recherchés.

Un médicament israélien

L’entreprise de biotechnologie israélienne Biogroup a annoncé, le mercredi 25 août, avoir un médicament à 100 % efficace après un premier essai fructueux : le MesenCure.

Neuf patients sur dix atteints du coronavirus, en détresse respiratoire et présentant des comorbidités, auraient quitté l’hôpital en bonne santé après la prise de ce traitement.

article suivant

Pass vaccinal obligatoire : pourquoi la communauté scientifique est divisée