Couvre-feu, restrictions de déplacement : une nouvelle saison en enfer pour les hôteliers, restaurateurs et traiteurs ?

Face à la flambée des cas, de nouvelles restrictions sanitaires ont été annoncées le 2 août, dont un couvre-feu de 21 heures à 5 heures. Conséquences : annulation de réservations auprès des hôteliers, chute de l’activité des restaurants et cafés, et inquiétude grandissante pour les professionnels du secteur du tourisme et de l’événementiel.

Par

MAP

Ce n’est pas une première. Les restaurants ferment à 21 heures, les hôtels se vident, les traiteurs chôment. Un challenge pour le gouvernement qui doit préserver l’équilibre entre sécurité sanitaire et économique. À quel prix ?

Retour à la case départ pour le tourisme

Nous faisons face à une crise qui n’a toujours pas dit ses maux.” Pour Fouzi Zemrani, l’ex-vice-président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), la réinstauration des restrictions est le fruit de l’irresponsabilité des citoyens. “Personnellement, j’étais étonné qu’on ne l’ait pas fait plus tôt.” Ce professionnel du tourisme voit son secteur s’effondrer : “L’indemnisation des fameux 2000 dirhams s’est achevée le 30 juin. Le reste des mesures du contrat-programme n’est pas encore mis en œuvre. Comment les entreprises touristiques peuvent-elles tenir ?” 

article suivant

En visite en Algérie, le chef de la diplomatie française appelle à une “relation apaisée”