“Tbib wa3i” : des étudiants en médecine se mobilisent contre les violences médicales

Lassés par le manque d’éthique et de déontologie de certains de leurs aînés, des étudiants en médecine ont créé Tbib wa3i. Un mouvement d’entraide et pédagogique pour mettre fin aux violences subies par les patients.

Par

Hannah Mckay / POOL / AFP

D’abord, ne pas nuire.” Tel est le credo de Tbib wa3i, “médecin conscient”. Face à des situations contraires à la déontologie et à l’éthique, des étudiants en médecine, soutenus par leurs semblables en droit, ont lancé le compte Tbib wa3i, le 8 août sur Instagram puis une semaine plus tard sur Twitter. Sur les réseaux sociaux, ces futurs médecins, éparpillés dans tout le Maroc, retranscrivent des témoignages d’autres étudiants en médecine. Ils révèlent comment certains de leurs aînés négligent les patients, utilisent un langage violent ou encore oublient de requérir leur consentement. Tout a commencé par un tweet mi-juillet, celui d’une étudiante qui raconte avoir été choquée par une épisiotomie (incision dans le bas du vagin pour faciliter le passage du bébé lors de l’accouchement) réalisée sans le consentement de la patiente. Rapidement, les réactions se multiplient. Au fil des discussions, chacun rapporte ce qu’il a…

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles