Maroc-Algérie : reportage à Figuig, l’oasis de la discorde

Les habitants de Ksar des Aït Slimane de Figuig sont privés de leurs terres sur l’Oued Laârja depuis le 18 mars. Le cours d’eau, situé en territoire algérien, leur appartient de père en fils. Mais l’armée algérienne les a obligés à quitter les lieux malgré les actes de propriété dont ils disposent depuis plus de 80 ans.

Par et

YASSINE TOUMI

Reportage initialement publié le 19 mars 2021 Mercredi 17 mars à Oued Laârja, à moins de 5 kilomètres au nord de Figuig, au long de cette frontière maroco-algérienne aux contours très flous. Deux tentes érigées par les garde-frontières algériens sur les hauteurs de l’oued surveillent les lieux. Nous sommes à quelques heures de l’expiration de l’ultimatum imposé par l’armée algérienne, qui a sommé les agriculteurs figuiguis de quitter les lieux le 18 mars. Les propriétaires de cette terre soulaliyate d’Aït Slimane (un des sept ksars de la ville) travaillent d’arrache-pied pour déraciner quelques maigres palmiers. Il leur faudrait plus d’un mois pour pouvoir déménager tous leurs biens de cette bande de terre fertile de 5 kilomètres de long et d’un kilomètre de large….

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc