Mohamed Ghalbzouri : “La guerre chimique du Rif est l’un des rares dossiers au monde à n’avoir pas trouvé de règlement”

Madrid n’a jamais reconnu la guerre chimique qu’elle a menée dans le Rif entre 1921 et 1926. Près d’un siècle après, la population locale continue d’afficher un taux de cancers anormalement élevé, tandis que le dossier, porté devant les instances onusiennes, est au point mort. Interview avec le juriste Mohamed Ghalbzouri, auteur d’une thèse sur cette problématique.

Par

Le Maroc n’a jamais soumis de demande officielle au gouvernement espagnol ou à ses alliés (France et Allemagne) de reconnaissance de leur responsabilité dans la mort de milliers de personnes. Crédit: DR

Rencontré à Imzouren, Mohamed Ghalbzouri est enseignant-chercheur à la Faculté pluridisciplinaire de Nador. Le 28 septembre 2017, le juriste soutient une thèse de doctorat sur le règlement des crimes et délits, avec une étude approfondie sur “La guerre chimique du Rif de 1921 à 1926”, à l’Université de Tétouan, avec une recommandation de publication.

En 2017, Mohamed Ghalbzouri a soutenu une thèse de doctorat sur le règlement des crimes et délits, avec une étude approfondie sur “La guerre chimique du Rif de 1921 à 1926”, à l’Université de Tétouan.
Le gaz moutarde, également appelé ypérite, fourni par l’Allemagne durant l’entre-deux-guerres, obligea tout le nord du Maroc à rendre les armes….
article suivant

L'icône James Bond cherche un repreneur