Arrestation en Grèce d’un Marocain affilié à Daech, en coordination avec les services sécuritaires marocains

Les services sécuritaires grecs ont arrêté, mardi 27 juillet sur la base de renseignements fournis par les services marocains, un Marocain de 28 ans affilié à Daech.

Par

Crédit : R.Tniouni / TelQuel

Sur la base de renseignements fournis par les services de sécurité marocains, représentés par la Direction générale des études et de la documentation (DGED) et la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), les services sécuritaires grecs ont procédé, le 27 juillet, à l’arrestation d’un ressortissant marocain de 28 ans qui occupait des postes de responsabilité au sein des brigades opérationnelles du groupe terroriste de Daech dans ses bastions traditionnels sur la scène syrienne.

L’arrestation du suspect est l’aboutissement d’opérations de coordination conjointe et d’échange de renseignements effectuées dans le cadre de la coopération sécuritaire multilatérale, à laquelle ont contribué les services sécuritaires marocains et leurs homologues en Grèce, en Italie, en Angleterre et aux États-Unis, apprend-on de source sécuritaire.

Demande d’extradition

L’opération de pointage dans la base de données de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol) a révélé que le suspect faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités judiciaires marocaines, pour son implication présumée dans la préparation de projets terroristes d’envergure et d’opérations subversives au Maroc, à l’instigation de l’ex-porte-parole de l’organisation terroriste de Daech.

Le suspect a pu s’évader des zones de guerre sous contrôle de Daech en Syrie pour rejoindre l’Europe en utilisant de faux documents et une fausse identité

Le suspect, alias “Abou Mohamed Al Fateh”, avait rejoint les rangs de l’organisation terroriste de Daech en Syrie en 2014, avant d’assumer d’importantes missions au sein des “brigades spéciales” dans la région de Deir ez-Zor, et de la “police religieuse” ou “Hisba” dans le gouvernorat de Racca, explique la même source, ajoutant que le prévenu était apparu dans une vidéo montrant une opération ayant ciblé un combattant syrien à l’aide d’une arme de guerre, en flagrant délit de mutilation de son cadavre et en jurant de combattre ceux qu’il appelait les “ennemis de la religion”.

Selon les informations disponibles, le suspect a pu s’évader des zones de guerre sous contrôle de Daech en Syrie pour rejoindre l’Europe, la Grèce plus précisément, en utilisant de faux documents et une fausse identité, avant d’être identifié, localisé et interpellé dans le cadre d’une opération sécuritaire conjointe.

Les autorités judiciaires marocaines ont été informées de cette arrestation et la coordination avec les autorités compétentes en Grèce est en cours, à travers le Bureau d’Interpol à Rabat, relevant de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), pour l’envoi d’une demande officielle d’extradition.

(avec MAP)

article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : échantillon d’un système qui peine à protéger les étudiantes