Covid-19 : peut-on se faire vacciner lorsqu’on est enceinte ou allaitante ?

Le comité scientifique et technique chargé de la stratégie de vaccination anti-Covid-19 a annulé, le 26 juillet, la contre-indication à la vaccination pour les femmes enceintes et allaitantes. Elles pourront, bientôt, recevoir la première dose à partir de leur troisième mois de grossesse.

Par

La vaccination va être ouverte aux femmes enceintes et allaitantes. Crédit: AFP

Lundi 26 juillet, le comité a accordé, sans préciser de dates, la possibilité aux femmes enceintes et allaitantes de se faire vacciner. La décision tombe après des mois de contre-indication puisque le comité estimait manquer de données.

Quelles sont les conditions pour qu’une femme enceinte soit vaccinée ?

Les femmes enceintes pourront se faire vacciner à la fin du premier trimestre de grossesse. Cela s’explique simplement, selon le gynécologue Chafik Chraïbi : “Le premier trimestre est le moment de l’embryogenèse. C’est à la fin des trois mois que le fœtus est doté de tous ses organes. Pendant l’embryogenèse, on évite tout médicament et la vaccination en fait partie.”

Cependant, pour les femmes atteintes de comorbidités telles que l’obésité ou le diabète, la vaccination peut se faire dès le premier trimestre de grossesse.

La vaccination pour les femmes enceintes est-elle risquée ?

Nous avons attendu toutes les certifications et études nécessaires. S’il y avait un doute, on ne l’autoriserait pas”, affirme Moulay Tahar Alaoui, président du Comité scientifique et technique chargé de la stratégie de vaccination anti-Covid.

Après de longs mois d’études sur des femmes enceintes, la littérature scientifique internationale est claire : il n’existe pas de cas graves ou d’effets indésirables après vaccination. En réalité, des milliers d’entre elles ont été vaccinées sans savoir qu’elles étaient enceintes. Elles sont, pour le comité scientifique, la preuve qu’il n’y a pas de risques.

Tous les vaccins sont-ils administrables aux femmes enceintes ?

Au Maroc, les vaccins sont des vaccins avec virus inactivé. Ils suivent le même modèle que les vaccins classiques”, rappelle Moulay Tahar Alaoui. Ils ne présentent donc pas plus de risques qu’un autre vaccin traditionnel. En ce qui concerne les vaccins à ARN-messager (non distribués au Maroc), les études ont finalement montré qu’ils n’étaient à l’origine d’aucun effet indésirable.

Être enceinte est-il un facteur aggravant du Covid-19 ?

La vaccination est devenue une nécessité pour les femmes enceintes alors que le variant Delta se répand au Maroc. Le médecin et chercheur en politiques de santé Tayeb Hamdi prévient : “La grossesse peut être un facteur de risque aggravant de la maladie du Covid-19. Il faut protéger sa santé et aussi celle de son enfant.

Le gynécologue Chafik Chraïbi a notamment remarqué que les femmes étaient moins résistantes à ce variant : “Avec la première souche de coronavirus, les hommes attrapaient plus le virus que les femmes. La production d’œstrogène pouvait être protecteur contre la maladie. Mais le Delta y semble insensible.

article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : échantillon d’un système qui peine à protéger les étudiantes