“Je suis arrivée en enfer” : exploitées et maltraitées, des travailleuses domestiques étrangères au Maroc témoignent

Les trafiquants leur vendent du rêve pour venir travailler au Maroc. Exploitées, maltraitées financièrement, physiquement, parfois sexuellement… les travailleuses domestiques étrangères subissent des abus sans pouvoir se défendre, faute de papiers en règle. Victimes et associatifs dénoncent 
cet esclavage. Témoignages

Par et

“Les agences de placement jouent les intermédiaires. Elles abusent de ces femmes”, explique Gueck Beyeth, président de Bank de solidarité. Crédit: JORGE GUERRERO / AFP

Linda*, ancienne travailleuse domestique à Rabat : “Ça revient à creuser ma tombe à petit feu”

“Je suis d’origine guinéenne. Je suis arrivée au Maroc par Oujda en 2017. Les conditions de vie étaient trop difficiles dans mon pays. Dès que je suis arrivée, je suis entrée en contact avec ma communauté pour savoir comment ça se passait ici. Le voyage avait été traumatisant, donc je voulais surtout prendre des renseignements sur les soins, les hôpitaux. On n’arrive pas en bonne santé quand on arrive par cette route. Au début, j’ai été obligée de faire la manche. Mais, chaque jour, ça devenait de plus en plus difficile et gênant. J’ai donc demandé à ma communauté comment je pouvais trouver du travail. On m’a dit que la seule chose que je pouvais faire, en tant que migrante, c’était travailleuse domestique. Puis…

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement