Le variant Delta connaît “une flambée” au Maroc, selon un membre du comité scientifique et technique

Un membre du comité national scientifique et technique revient sur la situation épidémiologique au Maroc, notamment après la réouverture des frontières et la propagation du variant Delta.

Par

Des chercheurs danois analysent le variant britannique du Covid-19 dans un laboratoire d'Aalborg, au Danemark le 15 janvier 2021. Crédit: Henning Bagger / Ritzau Scanpix / AFP

Un membre du comité national scientifique et technique en charge du suivi de la pandémie de Covid-19 au Maroc a apporté des éclaircissements concernant l’augmentation continue des cas d’infection. Dans une déclaration à TelQuel, sous couvert d’anonymat, il explique que l’incidence élevée du taux de contamination est un phénomène normal au cours de cette période, compte tenu de l’entrée de nouvelles mutations du virus au Maroc, en particulier le variant Delta”.

Il poursuit : En suivant la situation épidémiologique au Maroc, on peut dire que 40% des causes sont liées au relâchement dans le respect des mesures de précaution, et 60% sont relatives à la propagation rapide du variant Delta”.

Concernant la distinction des formes de contamination à la souche originale du virus et au variant Delta, la même source explique que les laboratoires qui travaillent pour la détection du virus n’ont pas les moyens nécessaires pour étudier la propagation des variants : nos laboratoires ne peuvent pas détecter plus de 5 génomes, contrairement aux laboratoires britanniques ou chinois par exemple qui peuvent identifier 3000 à 5000 génomes au cours d’un seul processus d’analyse”.Le variant Delta connaît une flambée au Maroc” insiste-t-il.

Symptômes similaires à la grippe saisonnière

Notre interlocuteur insiste sur le danger que représente le variant Delta, surtout que ses symptômes sont similaires à celui d’une grippe saisonnière classique : Il y a une différence de symptômes entre la souche originale du Covid et le variant Delta. Le premier cas ne provoque pas d’écoulement nasal et c’est une toux sèche, mais le second est complètement similaire aux symptômes de la grippe saisonnière. Lorsque des personnes sont infectées, en particulier les personnes vaccinées, elles croient qu’elles ne le sont pas. Elles se rétablissent au bout de 3 ou 4 jours, mais après avoir transmis le virus”.

Il conclut en estimant que si la situation épidémiologique est toujours sous contrôle au Maroc, notamment grâce à la poursuite de la campagne nationale de vaccination, les Marocains doivent faire preuve de plus de rigueur dans le respect des mesures de précaution.

article suivant

PJD : un Conseil national de la défaite