Officialisation de l’amazigh : El Othmani choisit les arrêts de jeu

L’amazigh est au centre d’un plan gouvernemental de dernière minute, dix ans après sa reconnaissance comme langue officielle.
 Le timing est qualifié de “purement électoral” par des acteurs politiques et associatifs. Que reste-t-il à mettre en œuvre pour assoir pleinement la langue et la culture amazighes dans leur registre constitutionnel ?

Par

La feuille de route que vient de présenter Saâd-Eddine El Othmani prévoit notamment une commission mixte du ministère de l’Éducation et de l’Institut royal de la culture amazighe, présidé par Ahmed Boukous. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Le Chef du gouvernement revient sur le caractère officiel de l’amazigh à deux mois de la fin de son mandat. Dans une circulaire datée du 30 juin, Saâd-Eddine El Othmani a appelé ses ministres à mettre en œuvre un dispositif gouvernemental prêt sur le papier. C’est un plan d’action concocté par une commission ministérielle. Celle-ci est chargée de suivre et d’évaluer l’application de la loi organique de mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, ainsi que les modalités de son intégration dans l’enseignement et dans la vie publique. La feuille de route s’étale sur dix ans (lire encadré en bas de page). Sur Facebook, où il a partagé sa correspondance, El Othmani est critiqué pour avoir attendu “les…

article suivant

Qui de Nizar Baraka ou de Chakib Benmoussa assurera le suivi du nouveau modèle de développement ?