Hausse des transferts d’argent : “Si un migrant marocain réussit son installation en Europe, c’est le jackpot”

Malgré la pandémie de Covid-19, les transferts d’argent des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont augmenté de 5 % sur l’ensemble de l’année 2020. Une hausse qui s’explique par la fermeture des frontières et par une épargne plus importante, mais aussi par un fort sentiment de redevabilité envers ses proches restés au pays, selon l’économiste du développement Jamal Bouoiyour.

Par

La Banque mondiale avait anticipé une chute de 5,2 % des envois d’argent vers le Maroc pour 2020, en raison des répercussions économiques de la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus. La tendance a finalement été inverse, puisque le royaume a enregistré un bond de 5 % (contre une baisse de 1,6 % sur l’ensemble du continent africain), affichant un volume supérieur de plusieurs milliards de dirhams à celui de 2019 (64,7 milliards contre 68 milliards l’année suivante).

Jamal Bouoiyour, docteur en économétrie et enseignant-chercheur à l’université de Pau, dans le sud-ouest de la France, analyse pour Diaspora les raisons derrière ce phénomène.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

PJD : un Conseil national de la défaite