“Ton belliciste”, “asphyxie économique” et crainte de la tomate du Sahara : comment la presse espagnole voit le Maroc depuis la crise

Affaire Brahim Ghali, arrivée massive de migrants à Sebta et Melilia… Depuis plusieurs semaines, le Maroc et l’Espagne s’enlisent dans une crise diplomatique sans précédent. Difficile dans ce cadre pour les médias espagnols de dresser un portrait élogieux du Maroc. Analyse.

Par

AFP

L’enquête espagnole sur les violations présumées des droits de l’homme commises par le chef du Front Polisario Brahim Ghali se poursuit. Santiago Pedras, le juge d’instruction chargé de l’affaire, a entamé dès le 29 juin les auditions des témoins. Le premier d’entre eux, le militant Fadel Breica, a confirmé auprès du juge avoir été torturé par le Front Polisario lors de son séjour à Tindouf en 2019 et accuse directement Ghali. Ce dernier est arrivé discrètement en Espagne à la mi-mai, afin de recevoir des soins médicaux. Une situation épineuse qui a provoqué l’ire des autorités marocaines. Depuis, les tensions entre les deux pays se sont concentrées autour de la crise migratoire de Sebta, lorsque 8000 candidats à l’exil ont tenté de rejoindre le préside espagnol. Cette crise s’est ensuite déplacée au sein du Parlement européen qui a…

article suivant

Qui de Nizar Baraka ou de Chakib Benmoussa assurera le suivi du nouveau modèle de développement ?