Des alliés traditionnels et des interrogations : quels pays influeront sur le dossier du Sahara en 2022 à l'ONU ?

Le 11 juin, l’Assemblée générale des Nations Unies désignait cinq nouveaux membres non permanents qui siègeront au Conseil de sécurité pour une période de deux ans à partir du 1er janvier 2022. Mais comment ces cinq nouveaux entrants se positionnent-ils 
vis-à-vis du dossier du Sahara ? Tour d’horizon.

Par

Conseil de sécurité de l'ONU. Crédit: Kena Betancur / AFP

Des élections que la diplomatie marocaine a dû suivre avec un regard attentif. Le 11 juin dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies se réunissait pour désigner les cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité qui siègeront au sein de l’instance à partir du 1er janvier 2022. La désignation de ces nouveaux membres s’inscrit dans une série de renouvellements au sein de l’ONU, comme en témoigne la reconduction du mandat du secrétaire général de l’organisation, Antonio Guterres. Cinq pays vont donc remplacer le Niger, la Tunisie, le Vietnam, Saint-Vincent-les-Grenadines et l’Estonie, au sein du Conseil. Les membres non permanents ne disposent pas du droit de veto que peuvent exercer les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (la France, les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni et la Russie). Ils auront toutefois une…

article suivant

Gouvernement : le trio RNI-PAM-Istiqlal accouche d’une Charte commune