Moha Souag et le bourbier des sentiments

Dans son dernier roman, Moha Souag poursuit son exploration des relations amoureuses perturbées.

Par

Moha Souag
Moha Souag est nouvelliste et romancier. Il a reçu le prix Grand Atlas 2014 pour “Nos plus beaux jours” (Sirocco, 2014). Crédit: DR

Chez Jacques Brel, l’ex-calamiteuse qui revient s’appelle Mathilde. Chez Moha Souag, son pire cauchemar s’appelle Sophie. La seule femme qu’ait vraiment aimée Hakim est partie un été rendre visite à sa famille à Paris et le seul signe de vie qu’elle ait donné, quelques mois plus tard, depuis les États-Unis, était pour annoncer “non une rupture définitive mais son désir de vivre là-bas, seule, pour un temps indéterminé”   : “C’était une façon douce de rompre une relation de quelques années de vie en couple, sans trop de brutalité mais non sans grands dommages pour moi.”

Quand elle lui adresse un message sur Facebook trente ans plus tard, Hakim accourt

Quand elle lui adresse un message sur Facebook trente ans plus tard pour lui donner rendez-vous à Marrakech, en réservant une chambre d’hôtel pour un couple, Hakim accourt. Comme l’amoureux de Brel. Comme le Ricardo de Tours et détours de la vilaine fille de Mario Vargas Llosa. En se demandant : “Pensait-elle que je descendrais là où elle…
article suivant

Maroc-Espagne : ce que pense la diplomatie marocaine de la résolution du parlement européen