Mode : le caftan au temps de la pandémie

Le caftan au Maroc n’est pas seulement de la confection, c’est aussi de la production de patrimoine. À l’instar d’autres activités, celle du caftan est étroitement liée à l’événementiel. Sans surprise, elle a subi toutes les conséquences de la suspension des festivités à cause du Covid.

Par

Chez la créatrice Zhor Raiss, “la pandémie a stoppé net toute forme de célébration, on a su tout de suite qu’il fallait réagir pour les “petites mains””, explique sa fille Chadia. Crédit: LAMIA LAHBABI

Des ateliers effervescents, de la matière première premium telle que certaines pierres ou fils qui arrivent de partout dans le monde, des dessins, des essayages, des rencontres… le monde du caftan n’est plus le même. Ici aussi, la pandémie a frappé fort, à différents niveaux qui inquiètent et font réagir les créatrices, dont Samia Guessous qui crée avec sa mère Loubna Guessous, ainsi que Chadia Raiss, fille de la créatrice Zhor Raiss, que nous avons interrogées pour comprendre comment se porte l’un des fleurons les plus distingués de l’héritage traditionnel marocain.

La fête est finie

Chadia Raiss, créatrice
“L’effet domino est particulièrement important ; il faut plus de 25 étapes pour construire un caftan, entre le perlage, la broderie, jusqu’à l’a3qad, fabriqué par les femmes de Sefrou et vendu par les hommes. Ce sont beaucoup de…
article suivant

L’Orient sonore : le monde arabe vu à travers ses musiques