Cultivateurs de cannabis, comment organiser la réconciliation?

En partie présenté comme un pas vers une réconciliation entre l’Etat et une région dont les habitants ont longtemps été marginalisés, le projet de loi 13-21 n’a pas obtenu l’approbation escomptée auprès des cultivateurs. En cause, une confusion quant à la portée sociale de la loi, due à un manque de communication entre les deux parties, sur un terrain déjà en proie à des querelles entres associations d’agriculteurs.

Par et

Peu entendus, les petits cultivateurs devraient tout de même bénéficier du développement social tant attendu. Crédit: Fadel Senna / AFP

Mirage ou manque de pédagogie ? La confusion s’est répandue chez les cultivateurs depuis le début des débats au parlement sur le projet de loi 13-21, en passe d’être définitivement approuvé.

“Les petits cultivateurs, premiers concernés par cette loi, n’ont pas été concertés. Ils ne se sentent ni entendus ni même concernés. La plupart d’entre eux comptent rester dans le circuit informel”

Khalid Mouna, anthropologue
Le refus des parlementaires de voter l’amnistie des agriculteurs poursuivis – près de 60.000 personnes concernées – et l’impression que le volet social cède, petit à petit, la place aux questions économiques, n’ont pas arrangé la communication entre deux parties historiquement défiantes l’une envers l’autre. “Les petits cultivateurs,…
article suivant

Glovo établit une nouvelle norme en matière de droits sociaux avec “The Couriers Pledge”