Medhi Benatia : “Même cinq titres de champion du monde, je ne les échangerais pas contre les quatre Coupes d’Afrique que j’ai disputées pour mon pays”

Capitaine emblématique de la sélection marocaine de football à la Coupe du monde 2018 et durant la dernière décennie, Medhi Benatia a rapidement préféré la tunique des Lions de l’Atlas à celle des Bleus de France, qu’il a pourtant endossée dans les catégories jeunes. Une trajectoire naturelle selon l’ex-défenseur du Bayern Munich et de la Juventus Turin, qui inaugure sans fausse pudeur notre série sur le “dilemme de la nationalité sportive”.

Par

Le capitaine de la sélection marocaine, Medhi Benatia, en juin 2018 en Russie. Crédit: Gabriel Bouys / AFP

Le jeune Medhi s’est fait connaître sous le nom de sa mère, Française d’origine algérienne. Le patronyme de son père marocain, El Mouttaqi, n’est venu s’ajouter sur son passeport qu’après l’adolescence.

L’homme aux 59 capes assure, pourtant, n’avoir jamais hésité entre représenter sportivement une terre qu’il n’a foulée qu’une seule fois – lors d’un match à Annaba, en 2011 – et une patrie où il avait l’habitude de passer les étés “à faire du cheval ou à tourner avec un âne”, dans le fief familial de Fkih Ben Salah.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques