La friperie au Maroc, une mode écolo

La friperie, joutiya ou lbal pour les intimes, est un phénomène loin d’être récent au Maroc. La nouveauté, c’est — une fois n’est pas coutume — l’implication de la génération Z, qui y voit aussi bien le futur de la mode que celui de la planète.

Par

Boucharwet / Instagram

Si l’on a toujours vu au Maroc, dans les différents souks, des vêtements, chaussures et autres sacs et foulards vendus en vrac, ils n’avaient pas comme cibles les catégories socioprofessionnelles qui peuvent s’offrir du neuf. Contrairement aux grandes capitales de la mode comme Paris, New York ou Londres, la fripe au Maroc n’a pas toujours été glamour.

à lire aussi

C’est en train de changer, grâce à de nombreux passionnés d’abord, qui en ont, ou pas, fait des commerces et grâce aux réseaux sociaux qui, encore une fois, apportent une nouvelle dimension à une culture de rue aux codes précis, parfois vue à travers des idées reçues dépassées.

Une mode alternative

Il y a un point commun entre Salma, étudiante en communication et relations publiques, aka @Salmatoon sur Instagram ou TikTok, pur produit de…

article suivant

L’histoire du Maghreb vus par Laroui