Ces transfuges du RNI, opposants d’Akhannouch, qui représenteront l’Istiqlal aux élections

Des figures de proue du “mouvement réformateur” du RNI ont quitté le parti pour se porter candidats de l’Istiqlal lors des prochaines échéances électorales. À l’image d’Abderrahim Bouaida à Guelmim-Oued Noun et du cercle proche de Mohamed Abbou à Fès-Meknès, les opposants internes d’Aziz Akhannouch comptent bien sauvegarder leurs fiefs, mais sous d’autres couleurs politiques.

Par

Abderrahim Bouaida considère que son profil politique “correspond davantage au Parlement qu’à la gestion des affaires régionales ou locales”.

Ils ont mené bataille au sein du RNI, un an avant le début de la course effrénée des candidatures aux élections législatives et locales de 2021. Sans parvenir à se faire entendre, certains instigateurs et leaders du “mouvement réformateur” du RNI ont finalement opté pour l’Istiqlal afin de maintenir leurs bases électorales. Le plus connu d’entre eux, Abderrahim Bouaida, a longtemps défié le président Aziz Akhannouch, dans le cadre d’un débat face à face qui n’aura finalement jamais eu lieu. Expulsé du parti par décision d’une commission régionale fin novembre 2020, l’ancien président de la région Guelmim-Oued Noun sera candidat de l’Istiqlal aux prochaines législatives.

à lire aussi

Contacté par TelQuel suite à l’annonce de sa candidature, Abderrahim Bouaida déclare que “les gens ont suivi le…
article suivant

Maroc-Espagne : ce que pense la diplomatie marocaine de la résolution du parlement européen