Sans frontière fixe : l’expérience Erasmus des étudiants marocains

Chaque année, ils débarquent aux quatre coins de l’Europe, en quête d’aventures et de découvertes. Langue hésitante, pandémie parfois présente, ces étudiants marocains partis en séjour Erasmus se rappellent de l’importance de s’intégrer dans une communauté. Aux côtés de Diaspora, ils racontent leur expérience, leurs difficultés et leurs meilleures anecdotes.

Par

Tout commence par un premier pas en terre inconnue. “Je revois mon arrivée au Danemark, à l’aéroport, avec mes deux grosses valises. Perdue, je faisais face à un véritable choc culturel”, raconte Nissrine. L’étudiante de 25 ans, débarquée à Copenhague pour une période de trois mois en 2017, confie ne pas avoir tout de suite réalisé l’importance d’un tel séjour.

Prise dans un flot de papiers et de formalités, elle avoue avoir suivi le mouvement qu’on lui indiquait. Elle évoque, de manière légère, avoir surmonté son arrivée avec un “anglais un peu limite”.

 

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Maroc-Espagne : ce que pense la diplomatie marocaine de la résolution du parlement européen