Les Marocains bloqués à l’étranger peuvent rentrer mais sous conditions

Dès ce samedi 8 mai, les Marocains bloqués à l’étranger peuvent rentrer au Maroc, mais en présentant un certain nombre de justificatifs et en se soumettant à leur arrivée à une quarantaine de dix jours dans un hôtel dédié.

Par

Arrivée à l'aéroport de Laâyoune de 109 Marocains rapatriés des îles Canaries. Crédit: MAP

Selon une note adressée le 7 mai par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) aux compagnies aériennes, dès ce samedi 8 mai, les ressortissants marocains bloqués à l’étranger pourront accéder au territoire national sur présentation de plusieurs documents.

Les voyageurs devront ainsi présenter une déclaration sur l’honneur de non-présentation de symptômes liés au Covid, un test PCR négatif datant de moins de 48 heures, l’autorisation de sortie du territoire national délivrée par le ministère de l’Intérieur (préfecture ou province) lorsqu’ils sont sortis du Maroc, et un justificatif d’une réservation (quittance de paiement) auprès d’un hôtel réquisitionné pour le placement en quarantaine des voyageurs.

Dix jours de quarantaine

À leur arrivée, les voyageurs devront en effet rester confinés pendant dix jours, à leur charge, dans un des six hôtels choisis par les autorités locales : l’hôtel Onomo ou l’hôtel Atlas de Nouaceur (à proximité de l’aéroport Mohammed V), ou les hôtels Onomo, Ibis et Delta Atlas à Casablanca (Anfa).

Les voyageurs devront également réaliser un test antigénique rapide à leur arrivée sur le territoire, et s’engagent à rester à la disposition des autorités pour effectuer un deuxième test PCR au 8e ou 9e jour de leur quarantaine.

L’espace aérien marocain étant toujours fermé à une cinquantaine de pays, les Marocains bloqués à l’étranger ne pourront accéder au territoire national qu’à travers les pays toujours autorisés, tels que le Canada et les États-Unis, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Sénégal ou encore la Mauritanie.

Selon Médias24, les étrangers qui résident au Maroc sont soumis à ces mêmes règles.

Pour rappel, l’état d’urgence sanitaire ayant été prolongé jusqu’au 10 juin, les vols internationaux “classiques” restent suspendus au moins jusqu’à cette date.

article suivant

Les 10 commandements de la CGEM pour la mise en oeuvre du nouveau modèle de développement