“C’est le pays de mes parents, mais in fine pas le mien” : Kamilia, la claque de l’installation au Maroc

L’installation de Kamilia* au Maroc, pays de ses parents, a été difficile, surtout à cause du choc culturel. Mais cela n’empêche pas cette ex-directrice commerciale d’un grand groupe, neuf ans après, d’inciter les binationaux à l’imiter.

Par

Certains le font par quête identitaire, d’autres pour entreprendre, ou bien pour quitter un climat politique nauséabond : plusieurs raisons peuvent pousser les enfants d’immigrés marocains à partir de France pour s’installer dans le royaume. Si Kamilia a quitté Paris pour Casablanca, c’est plutôt par amour. Avant le départ, “le Maroc n’avait jamais été une option pour moi”, explique la Picarde. Mais en 2012, l’homme avec qui elle partage sa vie, un Marocain venu dans l’Hexagone pour finir sa thèse, souhaite rentrer. Alors elle le suit. Les six premiers mois ont été “une expérience cauchemardesque”, se rappelle la quadragénaire. Côté professionnel, la Franco-Marocaine connaît des débuts compliqués. “Dans les multinationales, le travail est difficile : les attentes sont plus élevées qu’en France, et parfois avec des moyens moins importants”, remarque la quadragénaire, qui raconte avoir pris…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés