Dans la bibliothèque de Meriem Hadj Hamou

Auteure des recueils de poésie En Filigrane (éd. Orion, 2018) et Se dissoudre dans le néant (éd. Marsam, 2020), Meriem Hadj Hamou nous parle de quatre livres qui l’ont marquée.

Par

Meriem Hadj Hamou
Meriem Hadj Hamou.

Auteure des recueils de poésie En Filigrane (éd. Orion, 2018) et Se dissoudre dans le néant (éd. Marsam, 2020), Meriem Hadj Hamou nous parle de quatre livres qui l’ont marquée.

1. Le Livre de l’intranquillité, de Fernando Pessoa

Le livre de l’intranquillité, de Fernando Pessoa
Le livre de l’intranquillité, de Fernando Pessoa (1982), trad. fr. chez Christian Bourgois éditeur, 2011.
“Il existe des émotions plus grandes que soi, intraduisibles par écrit, dépassant le langage humain. Ce sont ces genres d’émotions que Fernando Pessoa tente de transcrire. Ce livre est le journal de l’émotion intime d’un poète qui a pris l’homonyme de Bernardo Soares et revêtu le personnage d’un comptable qui, paradoxalement, approfondira la contemplation. Cela lui permet de mieux canaliser la mouvance crépusculaire de sa nature. Cette œuvre est d’une grande profondeur d’introspection et de lyrisme, elle est dans l’observation minutieuse de toute la part solitaire de la nature humaine. Pessoa est un passeur de lumière. Peu connu de son vivant, il était pourtant un poète et un écrivain prolifique.”  …
article suivant

Réouverture des frontières : pas de recommandation du comité scientifique, selon le ministère de la Santé