Grand artisan de la médina d’Agadir, Coco Polizzi a tiré sa révérence

Beato Salvatore Polizzi, dit “Coco”, n’est plus. Cet amoureux du Maroc s’est éteint le 21 avril à 80 ans, laissant derrière lui l’œuvre d’une vie : la médina d’Agadir.

Par

Passé par les Beaux-Arts, Coco Polizzi était également peintre et sculpteur. Crédit: Facebook

Quel Gadiri ne connaissait pas Coco ? Né à Rabat en 1941, Beato Salvatore Polizzi s’installe à Agadir dans les années 1970. Rapidement, celui qui a grandi dans une famille de constructeurs a un rêve fou : offrir à la capitale du Souss une médina.

“Personne n’y croyait”

Le défi est lancé en 1992. “Personne n’y croyait, racontait l’artiste dans une interview à Agadir Media en 2018. On me disait ‘une médina existe ou elle n’existe pas, mais on ne peut pas la faire’”. Qu’à cela ne tienne, l’artiste loue un terrain de près de 5 hectares aux Eaux et forêts du côté de la commune de Bensergao, et lance les travaux de sa médina sur ses fonds propres.

“Je suis fier de ce que j’ai pu réaliser. Il n’y a rien de plus simple que de faire ça, seulement on ne sait plus le faire”

Coco Polizzi

Son ambition : réunir différents savoir-faire traditionnels de tout le royaume, tant pour la construction du bâtiment que dans le choix des artisans qui, plus tard, y installeront leurs boutiques.

Le village prend vie et abrite de nombreux ateliers, avec la possibilité pour les visiteurs de voir les artisans travailler différents matériaux. Une sorte de musée à ciel ouvert qui verra naître de nouvelles techniques, notamment des mosaïques de pierre d’inspiration romaine.

La “médina Coco Polizzi” fait la part belle aux matériaux et savoir-faire traditionnels.Crédit: Forum Izorane N'Agadir

Dans la même interview donnée au média local, Coco Polizzi revient sur cette aventure de plus de deux décennies : “Je suis fier de ce que j’ai pu réaliser. Il n’y a rien de plus simple que de faire ça, seulement on ne sait plus le faire.” Ça, ce sont les briques en terre blanche et autres matériaux naturels qui structurent “la médina Coco Polizzi”, comme l’appellent les Gadiris.

La SDRT prend le relais

En 2017, après plusieurs épisodes d’interruption de l’activité, la médina est placée en liquidation judiciaire. Elle est rachetée deux ans plus tard par la Société de développement régional du Tourisme de Souss-Massa (SDRT), pour en assurer la promotion et le développement. Cette dernière a rendu hommage à l’artiste italien sur sa page Facebook.

C’est avec grand regret que nous avons appris le décès de M. Coco Polizzi, artiste et grand passionné de la Ville d’…

Publiée par Société de Développement Régional de Tourisme – SDR – Souss Massa sur Mercredi 21 avril 2021

article suivant

Sebta : l’ambassadrice du Maroc en Espagne rappelée à Rabat pour consultation