Najib Refaïf, profession : chroniqueur

En retraçant son parcours de chroniqueur et de journaliste culturel dans la presse écrite, Najib Refaïf reconstitue l’atmosphère du Maroc jusqu’aux années 1980.

Par

Najib Refaïf
Najib Refaïf . Crédit: DR

Parvenu à l’âge “d’avoir des souvenirs”, Najib Refaïf restitue les siens sous forme de “micro-récits autobiographiques”, “cherch(ant) inlassablement la face cachée d’un monde perdu”. Son récit fluide et dans une langue élégante emmène d’abord ses lecteurs à Fès et ressuscite l’antagonisme entre les gens de la médina et ceux de Fès Jdid, “quartier farouche, historiquement et sociologiquement makhzanien” et à la “réputation sulfureuse”. Puis c’est le départ pour Rabat : “Fès est une ville que l’on quitte comme un amour contrarié dont on ne veut garder uniquement le souvenir”, lui dit un ancien camarade. Ce sont les années étudiantes, l’insouciance entachée par les arrestations et la disparition d’“absents n’ayant pas toujours tort”, mis en prison, ou escamotés aux leurs “pour un certain temps, c’est-à-dire un temps incertain”, ou encore par le service “civil” destiné à casser les contestataires. Najib Refaïf raconte la précarité : “Quand les fonctionnaires avaient des fins de mois difficiles, la faune estudiantine, elle, avait des…

article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains