Habib Dechraoui, un parcours tout en Arabesques

Sinueux, foisonnant, jalonné de nœuds clés aux ramifications fécondes, l’itinéraire de Habib Dechraoui, à l’image des arabesques, du nom du plus grand festival européen des arts arabes qu’il a créé en 2006 à Montpellier, ne s’appuie pas moins sur de solides racines et sur une ligne directrice mêlant toujours exigences esthétiques et fibre sociale. Portrait.

Par

Habib Dechraoui. Crédit: DR

Dans le dédale de l’ancien cabinet médical que son association loue depuis quelques années, sur les hauteurs de l’arrondissement populaire de la Paillade à Montpellier, Habib Dechraoui ouvre toutes les portes pour nous présenter son équipe de 14 salariés et les adolescents que celle-ci accompagne, glissant un mot ou une anecdote à chacun. Ce tour du propriétaire accompli, le “grand frère” s’assoit dans le haut fauteuil de son bureau traversant. Sous l’air habité de la chanteuse algérienne Souad Massi, au milieu des photos des géants de la musique arabe venus se produire sur les planches d’Arabesques, le directeur est à l’aise pour plonger dans les méandres de ses riches souvenirs.

Né dans la maison familiale située au cœur de la médina de Meknès, le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés