Abdallah Bensmain : “J’appartiens à une génération de combat”

Avec plus de 46 ans de journalisme culturel et littéraire à son actif, Abdallah Bensmain, qui écrit mais ne se dit pas écrivain, a vu défiler tous les auteurs du Maroc post-indépendant. Il nous raconte la littérature marocaine : son passé, les failles de son présent, ainsi que sa nouvelle culture du compliment.

Par

Abdallah Bensmain
Abdallah Bensmain a observé l’évolution de la littérature pendant un demi-siècle.

Dans Symbole et idéologie, Abdallah Bensmain regroupait ses entretiens avec Roland Barthes, Abdellah Laroui et Jean Molino. S’il cumule plus de 46 ans de carrière dans le journalisme, il a baigné dans la génération de Mohamed Khaïr-Eddine et Abdelkébir Khatibi à ses débuts. Aujourd’hui, ses coups de cœur contemporains sont Mahi Binebine et Mohamed Leftah. Profondément empreint d’une génération marquante et révolue d’écrivains, Abdallah Bensmain demeure pourtant catégorique : “La nostalgie, ce n’est pas pour moi”. Entretien sur l’évolution de la littérature au fil d’un demi-siècle, avec un fin observateur passionné.

Vous avez publié un article sur les médisances entre Tahar Ben Jelloun et Yasmina Khadra, où le premier accuse le second d’imposture. Plus généralement, pensez-vous que les querelles entre écrivains soient coutumières ?

Il y en…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés