Quotient électoral : ce que signifie la décision du Conseil constitutionnel pour le PJD

Débouté par la Cour constitutionnelle, le PJD est contraint de se soumettre à des lois électorales qui ne l’arrangent pas. Lâché par ses alliés de la majorité, son plaidoyer ne convainc pas non plus. Pour autant, le parti refuse de montrer toutes ses cartes.

Par

Abdelilah Benkirane en 2016. Crédit: AFP

Le PJD continue de boire la tasse. La Cour constitutionnelle a anéanti ses ultimes espoirs d’invalider le nouveau mode de calcul du quotient électoral, envers et contre toute la classe politique. La juridiction suprême a en effet émis le mercredi 7 avril trois décisions touchant aux lois électorales, rendues publiques le 10 avril. Parmi elles, on trouve la résolution 118/21 relative à la loi organique sur la Chambre des représentants. C’est le texte tant décrié par les islamistes du gouvernement. Unique opposant à toute modification de la méthode de calcul du quotient électoral, le PJD s’attache au calcul de ce quotient sur la base des voix valides. Mais la Cour, chargée notamment du contrôle de la constitutionnalité des lois, n’a pas rejeté l’amendement qui consiste à le calculer plutôt sur la base des personnes inscrites.

Fin…

article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains