L’Institut français boucle son concours de courts-métrages “Ana Maghribi.a”

L’institut français de Casablanca a organisé la remise des prix du concours “Ana Maghribi.a” pour sa 7e édition, le 7 avril. La cérémonie était présidée par Mohcine Besri, réalisateur d’“Une urgence ordinaire”.

Par

La cérémonie de remise des prix du concours tremplin “Ana Maghribi.a” s’est tenue le 7 avril à l’Institut français de Casablanca. Deux règles en vigueur pour le concours : avoir moins de 30 ans et sublimer la question de l’identité africaine en 90 secondes. Quatre films courts ont été sélectionnés et projetés à la cinémathèque de l’institut.

Le thème de cette année, “Afri9i.a” (“Africain.e”), invitait les participants à explorer cette notion d’un point de vue personnel et subjectif. “Qu’est-ce qu’être Africain ou Africaine ? Est-ce l’appartenance à une géographie, à une langue, une religion ? Un héritage culturel, des récits communs, une construction individuelle ?”, peut-on lire sur le site du concours.

Mohcine Besri, réalisateur du film Une urgence ordinaire, sélectionné au Festival international du film de Marrakech en 2018, a apporté un début de réponse : “Pour nous, Marocains, j’ai le sentiment qu’être Africain est une amnésie historique d’une évidence géographique.”

Les quatre courts-métrages ont été sélectionnés sous son égide avec quatre autres membres du jury : l’acteur Omar Lofti (Casanegra, Tu te souviens d’Adil ?), l’actrice Nadia Benzakour (SofiaLe bureau des légendes, Killing Jesus), la directrice de la communication du Crédit du Maroc, Mouna Benrhanem, et le directeur général adjoint du studio créatif Jawjab, Younès Lazrak.

Les lauréats du concours

Le troisième prix a été attribué au court-métrage en animation collage intitulé The change, réalisé par Mhamed Baz.

Le deuxième prix a été attribué à Roaa Idali pour son court Identity, une majorité de plans filmés face caméra qui retracent une quête d’identité.

Le premier prix a été décerné à Abdel Aziz Es-saddouki et Marwane El Ouakil, pour leur court-métrage casablancais dans l’âme, Qui suis-je ?. Filmée au smartphone, la réalisation se penche sur l’appréhension que l’on peut ressentir avant d’affronter son “moi intérieur.

Le duo originaire de Casablanca compte sur cette reconnaissance pour pouvoir professionnaliser leur passion et se lancer dans la réalisation d’un long-métrage.

Le prix de l’institut revient aux lycéens de l’option cinéma audiovisuel du lycée Descartes de Rabat pour leur court-métrage d’animation L’enfant ingrat.

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc