Quand la pandémie interroge les liens des Marocains du monde avec leur pays d’origine

La crise liée à la pandémie de coronavirus a été un moment privilégié pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) de s’interroger sur le rapport au pays de leurs origines. Si certains en ont profité pour franchir le pas et s’installer dans le royaume, l’éloignement contraint pendant plusieurs mois a renforcé chez d’autres l’implantation dans leur nation d’accueil.

Par

Avec son père bloqué au Maroc pendant toute la dernière période de confinement et de fermeture des frontières, Latifa Bisbis, employée municipale à Istres dans le sud-est de la France, a craint le pire. “Imaginez qu’il soit mort là-bas, nous n’aurions même pas pu assister à ses funérailles”, témoigne la jeune femme, frissonnant encore d’effroi à cette perspective.

“Mon père, à 80 ans, a passé le ramadan tout seul, poursuit-elle. Ça a été un vrai traumatisme pour toute la famille. Avant la crise sanitaire, son objectif était de s’installer définitivement au Maroc. Nous, ses enfants, nous aurions fait des allers-retours. Aujourd’hui, il n’en est plus question. Il restera désormais plus de temps en France qu’au Maroc.” De cette éprouvante expérience, Latifa…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés