Vaccins et propriété intellectuelle : crise sanitaire vs argent

Dans les couloirs de l’OMC, une bataille juridique oppose les pays en voie de développement aux pays développés. D’un côté, on plaide pour la levée des restrictions sur les brevets de propriété intellectuelle. De l’autre, on rappelle 
le principe de l’innovation.

Par

L’Afrique du Sud et l’Inde ont demandé à l’OMC une suspension temporaire des Accords sur les droits à la propriété intellectuelle, qui permettrait à n’importe quel pays de fabriquer le vaccin. Crédit: DR

Une histoire de droits. C’est à ça qu’en est réduite la lutte mondiale contre le Covid menée depuis plus d’un an. Dans les jours à venir, les États-Unis s’apprêtent à déposer un brevet qui rendrait plus compliquée, d’un point de vue légal, la fabrication de vaccins à ARN messager. La technique, qui consiste à injecter des brins d’instructions génétiques dans l’organisme humain, a été conçue dans des laboratoires américains. Et ce brevet pourrait bientôt devenir la propriété de l’État américain.

à lire aussi

Le pays de Joe Biden sera-t-il soucieux de libéraliser l’accès à ce brevet et par extension à la technique de l’ARN messager, qui est la base de cinq vaccins majeurs? La question reste posée, et pour longtemps peut-être, même si des groupes d’académiciens et de militants plaident auprès du président américain pour permettre le libre accès à cette…
article suivant

L'Algérie décide de fermer son espace aérien aux avions marocains