Union européenne–Royaume-Uni : guerre de principes sur les vaccins

Le Royaume-Uni a reçu des millions de doses du vaccin AstraZeneca importés de sites de fabrication dans l’Union européenne. À l’inverse, les 27 n’en ont reçu aucune des sites de fabrication britanniques. Bruxelles a menacé de mettre fin aux exportations du vaccin alors que Londres a fait le dos rond.

Par

Des pays comme la France et l’Allemagne avaient dans un premier temps décrété de n’administrer le vaccin qu’à leurs citoyens âgés de plus de 65 ans. En conséquence, les 27 disposent encore d’une réserve de 15 millions de doses. Crédit: John MACDOUGALL / POOL / AFP

L’Union européenne est à la traîne et ses dirigeants le savent. Israël a vacciné plus de la moitié de sa population. Les États-Unis, qui n’ont réagi au virus que sur le tard, ont vacciné plus du tiers de leurs habitants, selon les statistiques établies par le New York Times. Même le Royaume-Uni, qui a récemment quitté la grande famille européenne, a vacciné 60% de sa population, selon la même source. Un véritable affront pour Bruxelles, qui s’est engagé dans une guerre diplomatico-commerciale avec Londres autour du vaccin Astra Zeneca-Oxford, développé en Grande-Bretagne, et dont les promesses de livraison à l’Europe sont loin d’être respectées.

à lire aussi

Londres 2-0 Bruxelles

Que reproche Bruxelles à Londres ainsi qu’à l’entreprise pharmaceutique AstraZeneca? Les usines produisant le vaccin sur le territoire européen ont essentiellement exporté…

article suivant

France : la drogue, importée du Maroc, était cachée dans les tomates cerises