Amine El Khatmi : “On peut très bien avoir une foi et être intégré dans la République”

Ex-adjoint au maire d’Avignon, co-fondateur de l’association du Printemps républicain, cet originaire de Casablanca a su faire sa place dans l’horizon politique français, avec notamment un cheval de bataille : la laïcité. Dans le contexte de la réflexion parlementaire récente sur la loi dite “séparatiste”, Amine El Khatmi nous livre ses arguments, ses positions et ses idées, parfois clivantes. 

Par

Diaspora

Diaspora : En tant que président du Printemps républicain, vous êtes favorable à la loi dite “séparatiste” présentée en Conseil des ministres le 9 décembre dernier. Comment justifier la défense de cette dernière, réputée discriminante contre les musulmans ?

Amine El Khatmi : Les dispositions que cette loi propose restent intéressantes pour plusieurs raisons. Par exemple, la disposition qui obligerait les associations recevant des subventions de la part de l’État à rendre des comptes est, selon moi, une évidence de transparence demandée pour de l’argent public reçu. On doit pouvoir savoir ce que chaque association fait de l’argent du contribuable. Cela reste valable pour toutes les religions, pas seulement pour l’islam !

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Un homme sur trois serait victime de “violences conjugales” selon le HCP