Oualid Kebir : “À Figuig, on coupe les sources de revenus en plus des liens humains”

Le journaliste algérien Oualid Kebir, installé à Oujda, a suivi les derniers développements d’Oued Laârja, où l’armée algérienne a sommé des fermiers marocains de Figuig d’abandonner leurs propriétés ancestrales. Coulisses des accords historiques entre le Maroc et l’Algérie, analyse de la situation actuelle, scénarios de sortie de crise… On fait le point.

Par

Oualid Kebir, journaliste algérien basé à Oujda, spécialiste des relations maroco-algériennes, en mars 2021. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Journaliste algérien spécialiste des relations maroco-algériennes, Oualid Kebir est fils et petit-fils de moudjahid, qui a appris très jeune à lire et classer les documents officiels de son pays. Il dispose ainsi d’archives et documents historiques conséquents, qu’il expose au gré de l’actualité sur sa chaîne YouTube. Ce natif d’Oran, aujourd’hui résident à Oujda, revient pour TelQuel sur les dessous des accords conclus entre le Maroc et l’Algérie depuis 1963, et donne son analyse de la situation. La crise d’Oued Laârja n’est rien d’autre, selon lui, qu’une “réouverture des plaies du passé qui ne sont pas encore guéries”. Rencontré à la frontière fermée de Zouj Bghal, à mi-chemin entre Oujda et Maghnia, l’homme s’explique sereinement, et n’exprime aucune peur du “régime militaire algérien”.

TelQuel : Quelle analyse…

article suivant

Cryptomonnaies : Coinbase, la plateforme qui fait exploser la bourse américaine