Sajida Zouarhi : “Le bitcoin permet de déclencher une réflexion sur le système en place”

À 29 ans, l’ingénieure française d’origine marocaine est devenue une des figures de la technologie blockchain. Elle s’exprime, entre autres, sur les changements sociétaux que la cryptomonnaie implique, les craintes qu’elle attise et la stratégie marocaine.

Par

À l’issue de ses études supérieures, en 2014, Sajida Zouarhi entre au sein d’Orange Labs en tant qu’ingénieure chercheuse pour trois ans. C’est là, en 2015, qu’elle découvre le Bitcoin. Cette même année, l’architecte blockchain se fait connaître en créant Kidner. La plateforme utilise la technologie blockchain pour faciliter la transparence des dons de reins.

En 2019, l’association StartHer, dont l’objectif est de mettre en valeur les femmes travaillant dans le domaine des nouvelles technologies, la désigne parmi les 10 personnalités féminines à suivre. L’ingénieure est née à Paris et a grandi dans sa banlieue proche. Mais ses liens avec le Maroc, d’où viennent ses deux parents, sont forts. Des vacances à Azrou, dans la province d’Ifrane, tous les étés. Une famille berbère qui continue ses activités agricoles. Et, plus récemment, une redécouverte du pays de ses aïeux pour cause de confinement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés