Les dessous du relifting et de l'inauguration de la Villa Harris de Tanger

Le 16 mars, la Villa Harris rouvrait ses portes, avec une inauguration ministérielle. À la frontière du mythe, de l’histoire et de la modernité, la Villa a été réhabilitée en musée, ouvert au public depuis le 17 mars. Reportage.

Par

“La Villa Harris n’a pas été réhabilitée à l’identique”, pointe un acteur associatif tangérois, quant à l’architecture de la bâtisse, “mais l’essentiel est là”. Crédit: DR

Le 16 mars, la Villa Harris rouvrait ses portes, avec une inauguration ministérielle. À la frontière du mythe, de l’histoire et de la modernité, la Villa a été réhabilitée en musée, ouvert au public depuis le 17 mars. Reportage.

À l’occasion de l’inauguration de la Villa Harris, mardi 16 mars, restaurée et réhabilitée en musée, le charki (chergui ou encore sirocco) – vent fort typique du Tangérois – est fidèle au rendez-vous. Tandis qu’il souffle sur les jardins de Malabata, un terrain de neuf hectares entourant la villa, les invités d’honneur de l’inauguration font leur apparition. Parmi eux, Othmane El Ferdaous, ministre de la Culture, Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées (FNM), Abdelaziz El Idrissi, directeur du musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat, El Khalil Belguench, collectionneur et donateur des œuvres de la Villa Harris, Madison Cox, président de la fondation Jardin Majorelle, mais également Mohamed Rabie Khlie, DG de l’ONCF. C’est que, dans la matinée du 16 mars, jour de l’inauguration, la FNM a signé un partenariat avec l’ONCF placé sous le signe d’un nouveau projet,…

article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : échantillon d’un système qui peine à protéger les étudiantes