Propos “dénigrants et stigmatisants” prononcés sur LCI : le Club des avocats au Maroc passe à l’action

Il y a un an, une séquence diffusée sur la chaîne française LCI avait suscité de vives réactions. Deux médecins s’interrogeaient sur la possibilité de mener des tests vaccinaux en Afrique. Une plainte avec constitution de partie civile contre les deux spécialistes a été déposée courant février à l’initiative de trois associations, dont le Club des avocats au Maroc.

Par

Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation de l’Hôpital Cochin, et Camille Locht, directeur de recherche INSERM à l’Institut Pasteur de Lille, sur LCI le 1er avril 2020. Crédit: DR

Déposée le 16 février dernier, une plainte avec constitution de partie civile à été enregistrée au tribunal judiciaire de Paris le 10 mars, contre Jean-Paul Mira, chef du service de réanimation au sein de l’Hôpital Cochin, et Camille Locht, directeur de recherche INSERM à l’Institut Pasteur de Lille. Ces deux scientifiques français avaient suscité une vague d’indignation, il y a moins d’un an, en s’interrogeant sur la possibilité de mener des expérimentations du vaccin BCG (contre la tuberculose) sur le continent africain pour endiguer la propagation du Covid-19. À l’origine de la plainte, consultée par TelQuel, on retrouve trois associations qui n’ont pas voulu laisser impunis les propos tenus sur la chaîne d’information en continu LCI. Parmi elles, l’Union juive française…

article suivant

Facebook met sur pause une version d'Instagram pour les enfants vivement critiquée