Le Maroc a-t-il raison de miser sur les “juniors” pour booster son activité minière ?

Sonder le sous-sol pour révéler son potentiel en métaux de base et métaux précieux est l’objectif d’Altus Strategies, qui vient d’obtenir trois licences d’exploration de cuivre et d’argent au Maroc. Celles-ci complètent un répertoire total de 3579 permis de recherche accordés par le ministère de l’Énergie et des Mines. Mais l’incitation des juniors minières est-elle une bonne recette pour améliorer l’attractivité du Maroc?

Par

Pour certaines industries, l’accès à des matières premières est un facteur déterminant dans l’implantation africaine. Crédit: DR

Une société minière junior est une entreprise qui s’occupe de l’exploration d’un sous-sol qu’elle espère faire valoriser ensuite par des investisseurs plus lourds. Via Alterian Resources Limited, sa filiale marocaine, la Britannique Altus Strategies a décroché trois nouvelles licences d’exploration d’argent et de cuivre dans le royaume. Essentiellement basé sur la télédétection, le nouveau terrain d’exploration de la junior minière devrait couvrir une superficie de plus de 250 km2 dans l’Anti-Atlas marocain. En attendant le résultat d’autres offres de soumissions, Altus Strategies détient au total six sites pour le cuivre et l’argent, et un pour le zinc. Ces trois nouvelles licences comprennent un premier site à Zgouza sur 24 km2, à une dizaine de kilomètres de la mine d’argent…

article suivant

Cryptomonnaies : Coinbase, la plateforme qui fait exploser la bourse américaine