Rencontre avec Ines Lamallem, la jeune belgo-marocaine primée pour son roman illustrant les violences sur mineurs

Autrice belgo-marocaine de 17 ans, Ines Lamallem a remporté en 2020 le prix Laure Nobels pour son livre Santana. Engagée dans la thématique des violences physiques, morales et sexuelles sur mineurs, c’est avec transparence et sans faux semblants qu’elle décrit la jeunesse d’aujourd’hui. TelQuel a échangé avec celle qui a provoqué “fierté” et “honneur”, chez Mohamed Ameur, ambassadeur du Maroc en Belgique.

Par

Ines Lamallem. Crédit: DR

TelQuel : Santana dépeint beaucoup de violences. Qu’elles soient morales, physiques, sexuelles, notamment entre mineurs, mais aussi d’adultes sur mineurs. D’où vous est venue cette inspiration ?

Ines Lamallem : En réalité, dans ce livre, tout passe par ces deux personnages que sont Mick et Emma. Lui est traumatisé par des violences subies dans le passé. Elles ont des répercussions sur sa vie actuelle et sur les personnes qui l’entourent. En face, il y a Emma, une jeune femme, qui cherche à lui tenir tête et à l’aider. Elle deviendra, en quelque sorte, son dommage collatéral, un défouloir. Les violences sont donc multiples et de toute part. Si ce n’était pas l’angle…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés