Football : Younès Belhanda viré par Galatasaray après avoir critiqué le club

Une fin brutale après un séjour tumultueux en Turquie : le footballeur international marocain Younès Belhanda a été limogé ce 10 mars par Galatasaray, quelques jours après avoir publiquement critiqué les dirigeants du club stambouliote.

Par

Younès Belhanda. Crédit: RMC Sport

Le contrat du milieu de terrain a été “résilié de manière unilatérale”, a précisé Galatasaray dans un communiqué, accusant le joueur d’avoir “porté atteinte à la réputation” du club et tenu des “propos relevant de l’insulte” à l’encontre de ses dirigeants. Après un match nul 2-2 en championnat contre Sivasspor dimanche, Younès Belhanda avait laissé éclater sa frustration au micro d’une chaîne de télévision contre l’état de la pelouse du stade de Galatasaray.

“Les dirigeants doivent trouver une solution. Même la pelouse de notre camp d’entraînement est en meilleur état. Au lieu d’être obsédés par Twitter et Instagram, ou de vous intéresser aux médias, occupez-vous du terrain”, avait-il lancé, selon une traduction en turc de ses déclarations. Ces propos ont fortement déplu à la direction de Galatasaray et suscité une vive controverse sur les réseaux sociaux parmi les supporters du club.

Des précédents

Ce n’est pas la première fois que Belhanda, 31 ans, se retrouve au cœur d’une tempête au bord du Bosphore, une partie des supporters lui reprochant un manque de régularité et d’engagement. Signe du fossé qui s’était creusé, en 2019, il avait été copieusement hué par le public turc après son remplacement pendant un match de Ligue des champions contre le Real Madrid. En retour, il avait insulté les fans.

à lire aussi

Né à Avignon (sud de la France), Younès Belhanda avait rejoint Galatasaray en 2017, après une saison correcte à l’OGC Nice où il avait été prêté par le Dynamo Kiev. Il a effectué ses débuts professionnels en 2009 à Montpellier, où il fut l’un des hommes clés dans la conquête du titre de champion de France 2012. Belhanda a marqué cinq buts en 50 sélections avec le Maroc.

article suivant

PJD : un Conseil national de la défaite