Najib Ba Mohamed : “La monarchie parlementaire ne se décrète pas”

Près de dix ans après son adoption, quel bilan pour la Constitution de 2011 ? Décryptage avec Najib Ba Mohamed, constitutionnaliste et ancien membre de la Commission consultative pour la révision de la Constitution.

Par et

Mercredi 9 mars 2011, le Maroc avait rendez-vous avec l’histoire. Plus de deux semaines après la naissance du Mouvement du 20 février, le roi Mohammed VI annonçait une réforme constitutionnelle de grande ampleur: consécration de la pluralité de l’identité marocaine, séparation et équilibre des pouvoirs, accélération de la démocratisation, consolidation du rôle des partis politiques ainsi que de l’opposition parlementaire, égalité hommes-femmes, élimination des détentions arbitraires, indépendance de la justice et renforcement des compétences du Conseil constitutionnel. D’un côté, les partis politiques applaudissent “un discours historique”. Le M20 dénonce, de son côté, “une Constitution octroyée”, appelant à l’élection d’une assemblée constituante. Dans la foulée, le roi installe la commission consultative pour la révision de la Constitution. Parmi ses membres, le constitutionnaliste Najib Ba Mohamed. Pour TelQuel, ce dernier livre son regard sur le texte fondamental, près de dix…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés