Leïla Slimani enfermée dans un musée

D’un exercice de style commandé, passer une nuit au musée, Leïla Slimani fait une expérience mémorielle et livre son texte le plus personnel.

Par

Leïla Slimani en 2018
Leïla Slimani est l’auteure de Dans le jardin de l’ogre (Gallimard, 2014), Chanson douce (Gallimard, 2016, prix Goncourt) et Le Pays des autres (Gallimard, 2020). Crédit: Lionel Bonaventure / AFP

Quand Alina Gurdiel l’invita à passer une nuit enfermée dans le musée de la Punta della Dogana à Venise, Leïla Slimani, qui fourbissait ses arguments pour décliner, se ravisa.

Le Parfum des fleurs la nuit, de Leïla Slimani
Le Parfum des fleurs la nuit, de Leïla Slimani, éd. Stock; 2021, 160 p., 230 DH.
Pas pour le goût de l’art contemporain présenté dans ce lieu d’exception. Pas pour l’idée d’y être seule. “Non, ce qui m’a plu dans la proposition d’Alina, ce qui m’a poussée à l’accepter, c’est l’idée d’être enfermée. Que personne ne puisse m’atteindre et que le dehors me soit inaccessible.” Après Lydie Salvayre, Kamel Daoud, Enki Bilal et quelques autres auteurs de renom, Leïla Slimani est à son tour priée d’enrichir la jolie collection “Ma nuit au musée”. Mais ce n’est pas sur elle qu’il faut compter pour découvrir les collections vénitiennes. Contrairement à…
article suivant

Les humoristes Brahim Bouhlel et Zbarbooking condamnés à un an de prison dont huit mois ferme