Abderrahmane Rachik, sociologue : “Les masses urbaines sont moins enthousiastes qu’en février 2011”

Dix ans après sa naissance, que retenir du Mouvement 
du 20 février ? Le sociologue Abderrahmane Rachik, auteur de “La société contre l’État : mouvements sociaux et stratégie de la rue au Maroc”, livre à TelQuel son point de vue. Interview.

Par et

Que dit l’émergence du Mouvement du 20 février du lien entre le citoyen et l’État ?

Abderrahmane Rachik.Crédit: DR
Depuis la seconde moitié des années 1990, le recours des protestataires à la stratégie de la rue pour faire entendre leurs voix devient de plus en plus fréquent. La politique ne se déroule plus seulement dans les sphères conventionnelles. Elle se fait également dans la rue. C’est dans ce contexte national de protestation sociale pacifique dans l’espace public que le Mouvement du 20 février allait émerger. La protestation sociale ne se limite plus à des revendications matérielles ni à la défense d’anciennes ou de nouvelles valeurs liées au statut de la femme, de la langue et de la culture amazighes, aux droits de l’homme… A partir de 2011, les revendications dans l’espace public…
article suivant

Transports : le CESE déplore le manque de stratégie en matière de mobilité durable