Code du travail: une réforme qui divise

À peine lancées, les discussions autour de la réforme du Code du travail échauffent déjà les esprits. Entre un patronat bien décidé à revoir un texte “dépassé” et des syndicats qui s’arment contre toute forme de “flexibilité”, le bras de fer s’annonce musclé.

Par

Une usine de textile à Tanger, en mars 2018. Crédit: Fadel Senna / AFP

Si la pandémie a mis à nu l’ampleur du secteur informel et la précarité croissante de l’emploi, la crise sanitaire a également mis à rude épreuve l’actuel Code du travail en montrant les limites de la législation en vigueur face à des situations exceptionnelles, notamment en matière de protection sociale et de gestion des heures de travail. Entre force majeure, difficulté économique, licenciement et télétravail, les acteurs de l’écosystème national ont tenté tant bien que mal d’adapter la réglementation aux nouveaux défis de la période et de faire face au vide juridique pour la gestion des situations de crise. Des textes législatifs spécifiques au Covid-19 ont pourtant été publiés dès mars 2020 pour combler les lacunes d’un Code datant de 2004, mais ils restent insuffisants pour le patronat.

Patronat : une réforme de bon cœur

Du côté des employés,…

article suivant

Ce que signifie la reconnaissance de la Journée internationale de l'arganier, désormais célébrée le 10 mai