À la frontière avec le Maroc, l’état-major algérien veut galvaniser à coup d’exercices militaires

L’Armée nationale populaire algérienne (ANP) a effectué en début de semaine un exercice tactique avec munitions réelles dans la IIIe région militaire, sanctionné par un discours du chef d’état-major sur l’importance de sécuriser les frontières.

Par

Filmé et retransmis pendant un quart d’heure sur la chaîne publique algérienne, les images de l'entraînement "Al-Hazm 2021" montrent des tirs réels de missiles. Crédit: Ministère de la Défense nationale algérien

Un exercice militaire qui se voulait très visible. De l’autre côté de la frontière, l’armée algérienne a effectué de nombreuses manœuvres aéroterrestres, les 17 et 18 janvier, dans la IIIe région militaire dépendant des wilayas de Béchar et de Tindouf, jouxtant les limites frontalières avec le Maroc. Selon un communiqué du ministère de la Défense nationale algérien, ces exercices “s’inscrivent dans le cadre de l’évaluation de la première phase du programme de préparation au combat au titre de l’année 2020-2021”. Baptisé Al-Hazm 2021, l’entraînement militaire a été effectué à munitions réelles, dans le but de s’assurer des capacités opérationnelles. Sur deux journées, l’exercice s’est tenu sous la supervision du chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), Saïd Chengriha, pour qui l’objectif était de “développer l’expérience au combat”. Une présence remarquée et délibérée, tant l’opération a fait l’objet d’une diffusion télévisée à un moment où l’état-major algérien…

article suivant

Après quatre années passées à Cuba, l’ambassadeur Boughaleb El Attar fait le bilan