Entre retard et manque de visibilité, une campagne de vaccination mal dosée

Face aux doses qui peinent à arriver et aux critiques de l’opposition sur les effets d’annonce des derniers mois, l’Exécutif navigue à vue. Appelé à s’en expliquer, le Chef du gouvernement n’a pas éclairci les zones d’ombre de la campagne de vaccination.

Par

“C’est normal que nous ayons du retard et, pour l’instant, nous ne pouvons rien faire”, a lancé Saâd-Eddine El Othmani au pupitre de la Chambre des conseillers, mardi 19 janvier. Crédit: MAP

Comment aborder une campagne de vaccination alors qu’il manque l’essentiel : les vaccins ? Au pupitre de la Chambre des conseillers, mardi 19 janvier, Saâd-Eddine El Othmani ne s’est pas embarrassé de pirouettes pour contourner le sujet qui est sur toutes les lèvres en ce début d’année. “La campagne de vaccination démarrera lorsque les doses arriveront”, a déclaré le Chef du gouvernement face aux parlementaires. Une maigre consolation pour justifier le retard d’une opération qui commence à prendre des airs de fiasco.

à lire aussi

Pilonné par l’opposition et la population qui réclament de la visibilité et de la transparence, l’Exécutif semble déjà acculé, d’autant qu’une cinquantaine de pays ont déjà entamé leur campagne de vaccination. Certains même avec les vaccins d’AstraZeneca-Oxford et de Sinopharm, attendus au Maroc. Le royaume, qui se rêvait en tête de proue de l’Afrique, distribuant le…
article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal