Malgré les risques, le bitcoin continue de séduire au Maroc

Le prix du bitcoin chutait lundi de 18 % après avoir enregistré record sur record depuis fin 2020, illustrant la volatilité de la première des cryptomonnaies, qui inquiète les régulateurs financiers. Malgré les risques de pertes d’argent et l’interdiction des transactions en monnaies virtuelles au Maroc, celles-ci continuent de séduire.

Par

Certains Marocains continuent d’investir dans cette monnaie virtuelle qu'est le bitcoin, pourtant interdite au Maroc. Crédit: Ozan Kose / AFP

Après avoir franchi la barre symbolique des 20.000 dollars mi-décembre, le prix du bitcoin a chuté ce début de semaine. Malgré des records enregistrés en 2020, le risque pour les investisseurs est bien réel, comme l’a souligné lundi 11 janvier dans un communiqué la Financial Conduct Authority (FCA), le régulateur financier britannique. “Si les consommateurs investissent (dans les cryptomonnaies), ils doivent être préparés à perdre tout leur argent”, a-t-il expliqué.

Braver l’interdit

Malgré cette éventualité de pertes, certains Marocains continuent d’investir dans cette monnaie virtuelle pourtant interdite au Maroc. En effet, selon l’Office des changes, gendarme financier du royaume, toute transaction en cryptomonnaie sur le territoire marocain est interdite depuis 2017. Dans un communiqué, il est explicité que “les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation, passible de…

article suivant

Maroc-Ethiopie: Le mégaprojet d'usine d'engrais à 3,7 milliards de dollars officiellement scellé